Le confort

La vie était différente autrefois.

Elle était aussi plus difficile.

 

Mais pour autant était elle plus difficile à vivre qu'aujourd'hui malgré tout le confort que l'on peut avoir.

Ce confort qui d'ailleurs détruit la planète, qui revient cher dans un couple mais également à l'état et à la planète.

Nous travaillons pour consommer alors que nous devrions travailler pour vivre.

 

Personnellement j'ai vécu une période quand j'avais 10 à 12 ans ou mes parents avaient une maison de campagne dans un petit village de 500 habitants. Nous y passions tous les weekends et vacances scolaires.

 

Pour tout électricité nous avions une ampoule au milieu de chaque pièce.

La pièce principale servait de salle à manger et de chambre à coucher façon dortoir. Il n'y avait qu'une table et des chaises, un buffet, un vaisselier.

Le soir nous mettions les matelas et duvets par terre, sans sommiers. 

Comme chauffage il n'y avait pas de radiateur, il n'y avait qu'une cheminée et le matin nous faisions grillé le pain de cinq sur la braise. C'était excellent..

De temps en temps, quand il faisait froid les soirs d'hiver nous buvions un verre de vin chaud avant d'aller se coucher pendant que mon beau-père nous racontait des histoires, sa vie et les guerres qu'il a vécu.

Nous n'avions bien sûr pas de télévision dans cette maison. Ni consoles,ni téléphone, ni PC et autres gadgets électronique. Seulement des dès, des cartes, des osselets, un jeux de l'oie et de petits chevaux.

Le soir et le matin nous nous lavions dans une bassine d'eau que nous remplissions avec l'eau d'un robinet qui se trouvait à l'extérieur.

Comme il n'y avait pas d'électricité, il n'y avait pas de frigo, alors nous mettions les produits frais dans un seau que nous faisions descendre dans le puit ..

Le sol de la maison n'était pas carrelé, c'était de la terre battue que nous balayons avec un balai de paille. Toujours pas d'aspirateur et autres appareils électriques.

 

Il n'y avait rien de sale.

A l'époque c'était normal que les enfants aient des bleus ou des blessures en jouant, en tombant. Personne n'est mort de cela. Il m'est arrivé de tomber de vélo sur une bouse de vache et une route pourvue de graviers.. Et bien d'autres petits accrocs. Et alors..

 

Maintenant il n'y a plus de vaches, plus de veaux, plus de poules, d'oies, de cochons.. C'est bien triste.. Il n'y a plus l'odeur de la ferme que j'ai connu dans ce petit village. Il n'y a plus de fermes non plus.

J'ai eu beau sillonné une partie de la France, je ne retrouve pas cette odeur.

 

C'était malgré tout une belle vie, de bons moments, de bons souvenirs.

Aujourd'hui nous en avons jamais assez. Je pense que le confort nous perdra.

Il détruit la planète mais il est aussi responsable en partie de la plupart des séparations.

Alors qu'autrefois la vie était plus difficile, mais surtout différente. les gens étaient plus soudés, moins égoïstes, plus aimant et aimable.

Lorsqu’ils s’entraidaient , ils ne parlaient pas d'argents, ni même de "retour de chandelle", ils n'attendaient rien.

Cela finissait souvent par un repas ensemble, dans la joie et le bonheur.

 

Est-ce si vrai que cela ou seulement une image d'une meilleure vie passée.

Nous avions également plus de liberté qu'aujourd'hui dans plusieurs domaines.

Aujourd'hui la réglementation est plus strict, amendable, médiatique avec de bons et de mauvais côtés. Qui a mon point de vue est plus néfaste, qui empêche tout mouvement comme si nous étions prisonniers, esclaves d'un système qui se veut protecteur. Mais pour lequel ils n'ont aucune foi.

Et l'amour dans tous ça ?

 

L'Homme est un peu compliqué, il refuse de polluer et dit ne pas faire assez pour préserver la planète et en même temps, il ne fera rien pour l'éviter, à part se donner bonne conscience.

Ce n'est pas grave si les agriculteurs disparaissent au fil des ans, mais c'est inquiétant de manger de la m...

Il faut suivre l'évolution de son temps, diront beaucoup d'entres nous. 

D'autres diront que chaque décennies, chaque siècles ont vu passer leurs lots de soucis et de transformations.

Le monde que nous laissons derrière nous, ne nous concerne pas,  nous ne serons plus la pour le voir.

Protéger les populations du Covid19, mais laisser les enfants mourir de faim ne gène personne, qu'ils soient africains, français ou autres pays?

En 2019, le nombre de décès d’enfants de moins de 5 ans dans le monde était de  5,2 millions. voir l'article . 

D'après le programme alimentaire mondial (WFP) un enfant de moins de 5 ans meurt de faim toutes les 11 secondes dans le monde. Cela représente plus de 3 millions d'enfants morts chaque année pour ces raisons particulièrement révoltantes; Voir l'article 

On peut trouver un tas de raisons, d'excuses. 

Moi j'ai froid dans le dos à chaque fois.

 

...... Ludovic Rousseau ......

Aimons nous les uns les autres.