Ludovic Massages californiens La Rochelle

Je m'intéresse à ce sujet , l'arrêt du tabac par magnétisme et/ou réflexologie.

Je cherche et je vais essayer


J'ai mis au point une pratique d'une durée d'1h15

Cherche " cobaye" ayant la volonté d’arrêter de fumer

 

Comment la Réflexologie aide à arrêter de fumer ?


La Réflexologie va plus loin qu’un simple massage, le praticien va appuyer (au sens propre et figuré) sur les points qui vont libérer le fumeur de l’emprise de la cigarette, en voici 2 principaux mais cette liste n’est pas exhaustive :

  • Tout d’abord, le symptôme de stress

Il est un fait sur lequel tout le monde tombe d’accord : la Réflexologie détend.
En effet, même les détracteurs de cette méthode douce sont forcés de confirmer qu’un « massage » des pieds, des mains, du visage ou encore du crâne agit directement sur les tensions. Pour cela, on 
agit alors sur le plexus solaire qui est le « régisseur nerveux » de notre être.

  • Ensuite, la Réflexologie agit sur la désaccoutumance

La désaccoutumance passe forcément par le retrait des toxines polluant notre corps, et la Réflexologie est un maître dans ce domaine. Le praticien voit les toxines comme des cristaux et accélère leur élimination par les massages-pressions.
Cela passe par un travail global mais les intestins et les poumons seront des zones forcément ciblées par le biais des points réflexe correspondants. Notre nettoyant sanguin que l’on appelle le foie est aussi visé.
Moins la nicotine et les autres substances que contient la cigarette seront présentes dans le corps de la personne en sevrage, et moins le besoin de fumer se fera ressentir.

Comme vous pouvez le voir la Réflexologie prend en compte les causes émotionnelles et psychologiques comme le renforcement de la confiance en sa propre réussite, le stress des habitudes modifiées, et les causes physiques comme le manque par accoutumance, et aussi les tensions… Tout ce qui « pousse » la personne à fumer.


On en est venu naturellement à utiliser la Réflexologie comme soutien lors du sevrage tabagique, probablement en constatant que ses bienfaits agissaient en toute logique sur les symptômes de ceux qui arrêtaient de fumer et bénéficiaient des soins d’un réflexologue.

La difficulté lorsqu’on a décidé d’arrêter de fumer est de gérer les symptômes physiques et mentaux du sevrage. Le manque de nicotine (dont on parle beaucoup) est un fait mais pas l’unique. Les habitudes, la nervosité, tout ce qui provoque le fait que l’on prenne une autre cigarette puis encore une autre, sont des points essentiels à travailler. La présence de ce qui compose la cigarette dans notre corps en est un autre.