La peur

La peur

 

Un sentiment naturel. Une inquiétude sur un événement, un objet, une attitude ou autres qui fait douter. Et le doute se transforme en inquiétude puis en peur.

Peur d'être malade, peur de manquer d'argent, peur de perdre son travail. Peur de manger. Peur de se réveiller. Peur de dormir, peur des araignées, peur d'être dans l'obscurité, peur d'être seul, peur d'être en groupe, peur de l'orage, peur du bruit, peur du silence ..

Il y a une multitude de raison d'avoir peur.

Pour chaque raison il y a aussi son contraire. Comme la peur de la solitude et la peur des groupes.

Il faut donc savoir écouter pour comprendre.

 

Personnellement, j'écoute, je les comprends, je les aides. Je ne porte aucun jugement sur leurs peurs.

Dans la plupart des cas les personnes ont peur de choses qui ne sont jamais arrivées et qui ont peu de chance d'avoir lieu.

La peur est une protection en soi.

On s'isole par peur de la maladie.

Pour éviter de la transmettre mais surtout de la recevoir.

C'est aussi une arme redoutable. Faire peur pour faire taire. Provoquer des peurs pour garder le contrôle, le silence.

 

Nous vivons une époque qui n'est pas la meilleure.

Nous vivons une époque semée de troubles et de peurs.

Quand deux policiers t'arrêtent lorsque tu fais du vélo en portant leurs mains sur leurs holsters et te mettent une amande. Est-ce normal ? Est-ce ce que l'on attends d'eux ou est-ce que l'on aimerait qu'ils nous apportent un sentiment de confiance et de paix plutôt que la peur.

Peur de faire du vélo, de marcher, ou de courir. De voir nos amis, de vivre.

Ne ferait il pas mieux de traquer ceux qui font du mal aux gens ou aux bêtes, ceux qui viols nos femmes et nos enfants.

N'est-ce pas plutôt cela qu'on attend d'eux ?

Encore faudrait il que la justice suive, et en connaissance de cause ce n'est pas le cas.

 

J'ai 53 ans.

Que penser de cette période des années 2020.

Né en 1966, j'ai donc profité pleinement des années 80, symbole de liberté, d'insouciance, d'amour , de joie et de bonheur.

Mes aînés, ceux qui ont 20 ans de plus ont eux profités des années 60, année de la libération sexuel. De la zénitude, avec un peu plus de liberté et d'insouciance, de créativité.

En 1980 la mondialisation a poussé la consommation, l'abus d'une insouciance qui nous amène aujourd'hui à prendre conscience et à réparer certains méfaits.

Malgré cette conscience, nous sommes loin, très loin d'inverser le processus. Il ne faut pas dramatiser les événements. Il faut reprendre le cours des choses et s'adapter sans pour autant se priver d'amour, de joie et de bonheur.

L'effort est individuel. Personne ne veut laisser ses enfants malheureux d'une situation que l'on a provoqué nous même. Sinon cela pourrait être considéré comme un crime avec prédilection à soi même ou à notre descendance.

Un masque jeté par terre montre bien toute l'étendue qu'il reste à parcourir à certaines personnes. (je ne dis pas ça pour le virus, mais pour le déchet qu'il occasionne que celui ci mette 20 ans ou 450 ans, ce n'est pas le nombre d'années qui importe, mais le geste)

Le monde d'aujourd'hui est porté sur la beauté extérieure plutôt qu'intérieur, ce n'est pas nouveau en soi.

 

..... Ludovic Rousseau .....

Aimons nous les uns les autres.